Inflation : vers une hausse de 50FCFA sur les prix de produits brassicoles

Inflation : vers une hausse de 50FCFA sur les prix de produits brassicoles

Lors des concertations entre le gouvernement, les opérateurs économiques et la société civile, tenues à Yaoundé le 18 mars 2022, l’Organisation du patronat camerounaise (Gicam) a présenté au Premier Ministre une série de propositions visant à atténuer l’impact de la conjoncture internationale (prix des matières premières, prix du fret, du carburant et des engrais) dans certains secteurs de production. C’est le cas, par exemple, dans la filière brassicole, où le Gicam a appelé à une hausse de 8 % des prix à la consommation.

Selon la première organisation patronale camerounaise, cette « révision de prix de 50 FCFA TTC sur le prix public conseillé de 650 FCFA par bouteille de 65 cl » compensera vraisemblablement le surcoût d’importation de 28 milliards de FCFA sur 35 milliards de FCFA entre 2020 et 2022. Ces surcoûts sont consécutifs à l’explosion des prix des matières premières et du fret à l’international, après l’atténuation de la pandémie du Covid-19 et le déclenchement, fin février 2022, du conflit russo-ukrainien.

Le GICAM explique: « L’industrie brassicole utilise massivement des matières premières, des emballages, des équipements et des pièces de rechange majoritairement importés, l’offre locale étant soit insuffisante soit inexistante (…) Sa dépendance aux importations pour environ 50% de son coût de production fait qu’elle est exposée aux facteurs exogènes… ». Concrètement, on apprend qu’en raison de l’inflation constatée sur le marché mondial, les cours mondiaux des principales matières premières des entreprises brassicoles (malt, sucre, couscous, préformes, monopropylène, capsules à vis, etc.) sont passés de 10 à 201 %. Dans le même temps, les volumes maritimes depuis l’Asie ont augmenté de 300 % et depuis l’Europe continentale de 200 %.

44 milliards de francs de pertes

Selon le Gicam, cette réalité s’est traduite par une augmentation de 20% des coûts de production par hectolitre de produit brassé, et des pertes cumulées de plus de 44 milliards de francs en raisons du non ajustement des prix des produits finis des brasseries.

L’initiative du Gicam de soutenir les producteurs locaux de boissons gazeuses et alcoolisées intervient après que le gouvernement a approuvé une augmentation de prix pour un sac de 50 kg de farine de blé et pour la baguette de pain. En effet, le 15 mars 2022, sous l’autorité du Ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana, l’Etat a annoncé aux meuniers et boulangers l’augmentation de 5 000 FCFA par sac de farine de blé de 50kg et 25 FCFA sur une baguette de pain de 200g.

Nous comprenons que la cause profonde de cette hausse des prix est la flambée des prix mondiaux du blé depuis le déclenchement des bombardements russes sur l’Ukraine en février 2022. Pour rappel, selon les statistiques officielles, la Russie exporte vers le Cameroun annuellement 35% du blé consommé au Cameroun.

Jules Anicet
Author: Jules Anicet

Bio

Laisser un commentaire